Forums FFS

 Spéléologie, canyoning, fédération XML

Vous n'êtes pas identifié. Les règles des forums ont changé. Même si vous avez déjà un compte, vous devez vous identifier à nouveau. Cliquez sur S'identifier.

Annonce

Bienvenue dans cet espace de discussion sur la spéléologie, le canyonisme et la plongée souterraine

#1 16/08/2020 14:31:09

bisounours83
Membre
Date d'inscription: 05/05/2007
Messages: 3886

souffler de l'air ou aspirer les gaz ?

bonjour , ou bonsoir , selon les cas  ...

smile

je me suis mis dans la partie Explorations du Forum  , car  notre petit  problème concerne une reprise d'exploration d'un Aven  déjà connu depuis moultes années et  dans lequel , lors de nos investigations , nous avons rencontré le problème suivant :

le puits terminal , ou nous souhaiterions descendre pour examiner le fond , est infesté de gaz carbonique ( CO2 , pour les initiés ...) , et ceci , presque  jusqu'à sa gueule ...

le détecteur de gaz est formel là dessus ...  c'est irrespirable ... yikes sad

cet état de fait à entrainé de bonnes discussions  là dessus entre spéléos  ...

nous avons été fort surpris par cet état de chose , car cet aven , répertorié sur notre fichier Varois , ne mentionne aucunement la présence massive de gaz carboniques , dans les fonds  du réseau ...

il est probable que , il y a une dizaine d'années ,  quand  un spéléo digne de confiance à réexploré ce trou  , il n'est rencontré aucune présence notable de CO2 ...

je lui en ai parlé  récemment , et il m'a confirmé la chose ,  c'est à dire  RAS au niveau du CO2...


bon , nous avons abandonné  le projet de réexplorer ce truc , provisoirement du moins ...  pas impossible que l'on y retourne ...

mais cet étonnante présence de CO2  soulève des interrogations , aussi bien théoriques que  pratiques ... big_smile

théoriques , tout d'abord ...  smile

comment et pourquoi est apparu   ce CO2  dans les profondeurs de cet aven  (  puits terminal probablement de 20 à 40 métres  de profondeur , donnant très probablement sur le niveau phréatique ou la rivière  locale ...)

un dégazage important , voire massif  de la rivière sous jacente ??   


pour info , nous sommes en centre Var  au beau milieu d'un massif karstique dolomitique  inhabité  et complétement sauvage ...  je ne soupçonne pas de pollution  "anthropique " , càd d'origine humaine ...  quelques chevaux et  une poignée de moutons  résident là ...

j'ai bien une petite idée , mais elle me parait un peu  osée...   l'avis d'un karstologue  qui me lirait , me serais  agréable à lire ...

l'orifice de l'aven est à une vingtaine de métre d'une piste  pompier DFCI  ...   hors , les deux  bords de cette pistes ont été  débrousaillées , comme la loi l'impose , sur au moins cinquante métres  de large , de part et d'autre ...

because les risques d'incendie...

la végétation est alors rasée  presque" à blanc " ...

serait ce la disparition  forcée de la végétation de surface , aux alentours de l'aven , qui serait cause  de l'infestation de celui ci  par le gaz carbonique  provenant du système racinaire de la végétation ainsi rasée ??

j'en sais fichtre rien , à dire vrai ...   euh  , z'avez un avis ?

mais j'ai entendu dire  le truc suivant :   de plus en plus de gigantesque  fermes solaires photovoltaïques  envahissent les lapiaz calcaires  du sud de la France ...

pour installer ces panneaux , on rase à blanc la végétation de la garrigue  sur des hectares  et on veille soigneusement à éviter sa repousse ...

mais il y a quelquefois des réseaux et des grottes , voire des mines abandonnées  , à l'aplomb de ces "fermes " solaires ...

je me suis laissé dire que ces cavités sous jacentes   , naguères respirables , seraient dorénavant infestées de CO2  , des spéléos l'ayant constaté , et mesuré ...

attention , je ne suis pas sur et certains de mes dires , et sollicite l'avis de  karstologues chevronnés  , ce que je ne suis pas ...   euh  ; Michel Wienin , tu est dans le coin ?



je récapitule :   on rase la végétation à l'aplomb  d'une  grande grotte , et on constate que le CO2 de celle ci , monte en flèche ...    possible , ou  imagination de l'esprit ??   

merci de m'avoir lu ...

à +

t des garrigues

Dernière modification par bisounours83 (16/08/2020 15:11:51)

Hors ligne

 

#2 16/08/2020 15:22:22

bisounours83
Membre
Date d'inscription: 05/05/2007
Messages: 3886

Re: souffler de l'air ou aspirer les gaz ?

Salut ,



après la théorie , la pratique , si vous le voulez bien ... 


comment , et avec quels moyens , rendre respirable l'atmosphère de ce ce puit diaclase , afin de pouvoir y descendre sans problèmes  et continuer l'exploration ??   descendre avec des appareils respiratoires isolants comme ceux des sapeurs pompiers  ? 


cela ne me chante guère , je dois le dire ...  trop inconfortable ,et chiant , voire même dangereux ...


à priori , la solution qui se présente à l'esprit , est soit de "pomper " le gaz carbonique du puits depuis la surface , soit  d'injecter  de l'air pur bien oxygéné depuis la surface  , avec les soufflantes et les manches à air " Kivonbien" ...


ou bien encore d' insuffler de l'air  et d'aspirer le gaz carbonique concomitamment ...  ce qui se fait couramment en travaux souterrains  , dans les tunnels , par exemple ...


sur le papier , cela devrait "marcher " bien sur ...   wink

mais seulement , il y a un " Hic , dirais je ... big_smile


car ce " puits diaclase" n 'est pas "  étanche "  oserai je dire ... big_smile


je m'explique  :   à l'examen attentif  de la géologie , de la morphologie de surface  , de la topographie existante , il semblerait  que  ce "puit diaclase " se soit développé sur une sorte de  "faille " qui puisse être étendue sur plusieurs kilomètres , ou du moins hectomètres ...

le volume aérien de  cette diaclase peut être alors considérable  , dépassant de très loin les quelques centaines de métres cube  d'un puits d'une trentaine de métres ...

j'ai bien peur qu'il se passe alors le phénomène suivant  :  sad

on insuffle massivement depuis la surface ,  de l'air pur et oxygéné  au fond du puits durand 24 heures , pour faire remonter le CO2 ...

constatant et mesurant une atmosphère respirable dans la cavité  , nous stoppons l'insufflation d'air ...  bon , on peut y aller , les gars ...

et c'est de cela que j'ai bien peur :   en  très peu de temps , on  mesure et constate une montée en flèche du taux de CO2  dans ce puits ou on s'est donné tant de mal , pour le ventiler ...

d'où vient il ce CO2 ? yikes

et bien des orifices et des" continuités "  de ce puits avec la longue diaclase  associée à ce puits ...

d'autant plus que , et vous le savez bien , vous qui êtes allé à l'école , que le CO2 est plus "lourd " et dense , que l'air pur de surface ...


j'imagine qu'il  ( le CO2 ...) va alors littéralement dégouliner des  diaclases adjacentes  au puits  , au fond duquel il va à nouveau  s'accumuler ... 


   ... et retour à la case départ , prenez 20.000 francs , etc...  lol



on peut ventiler jusqu'à la Saint Glin Glin , dans ce cas là  , non ...


bon  , vous voyez le truc ?


vous feriez comment ?


bon , celui  qui me réponds   d'emballer le spéléologue dans une combinaison ventilée de laboratoire P4  pour Ebola et autres joyeusetés infectieuses  , me donneras sont cahier de correspondance  , et  me copieras cent fois :

  " les frères Bogdanofs sont ils des extraterrestres , et leur hélicoptère est il une soucoupe volante  déguisée  ???


sur ce , les gars  , bonne soirée ...   

à + wink

Titou des garrigues de Bartas

Dernière modification par bisounours83 (16/08/2020 16:11:56)

Hors ligne

 

#3 18/08/2020 19:11:05

Jef2192
Membre
Date d'inscription: 17/06/2007
Messages: 1517
Site web

Re: souffler de l'air ou aspirer les gaz ?

Titou, tu es partout sur ce forum : 3781 messages !

Si tu explorais un peu ce labyrinthe, tu devrais retrouver des écrits sur ce sujet probablement déjà évoqué.

Voilà ce que je peux te dire de mon expérience et de ce que des collèges m'ont raconté : mieux vaut injecter de l'air extérieur via un ventilateur et des tuyaux. Tu vas créer ainsi une zone réduite où la teneur en CO2 sera abaissée et donc rendre l'endroit respirable.

Si tu utilises des moyens détonants, mieux vaut faire l'inverse, aspirer pour enlever les gaz polluants.

Bon, évidemment, il faut un groupe électrogène pour alimenter ton ventilateur. Peut être pas évident au milieu d'un massif calcaire isolé où ce type d'engin va te faire repérer car il est probablement interdit. De l'essence en plein milieu d'une forêt bien sèche, ça va pas être simple de négocier avec la DFCI...

Hors ligne

 

#4 19/08/2020 11:49:29

bisounours83
Membre
Date d'inscription: 05/05/2007
Messages: 3886

Re: souffler de l'air ou aspirer les gaz ?

bonjour jef ,

il est vrai que je  fréquente beaucoup ce forum , jef ...   mais je ne pense pas pour autant être plus bavard que la moyenne des français  qui fréquentent le Web ...

je ne m'exprime jamais sur les  "réseaux sociaux " traditionnels  du web :  Face de bouc , Touitter , et autres YouTube ...  et rarissimement sur  d'autres forums ou listes ...


il est également vrai que ce sujet du CO2 et de la ventilation des cavités  , à été abordé  plusieurs fois sur ce forum labyrinthique ...  labyrinthique est le terme , jef ...

j'en profite pour rappeler à nos lecteurs , jef , que ceux ci  , une fois inscrits sur ce Forum ,  verrons apparaitre une "touche à cliquer " / Recherche / , qui leur permettras  d'effectuer  des recherches sur le forum , grâce à des mots clefs ...

mais si j'ai pondu  ce "topic , Jef , c'est parce que  ce cas là est très particulier , voire intrigant ...



                       "Quel est le réel impact de la présence ou de l'absence de la  végétation de surface sur la teneur en CO2 du  karst sous jacent  ?" ... big_smile



une question  académique , mais qui a des côtés éminemment pratiques  pour les spéléos qui  se rendent  au sein de ces karsts ... wink  il faut bien qu'ils respirent , non ? lol

tu évoques la problématique d'emploi des groupes électrogènes en forêt ou dans les garrigues ... relative aux risques d'incendies ... 

je connais fort bien  ce sujet , étant un ancien sapeur pompier volontaire , dans mes jeunes années ... j'ai choppé des cloques aux mains comme des oeufs de poule ...

bon ...   des petites poules , des poulettes  ... lol

tréve de plaisanterie , à l 'heure ou je t'écris ,  figure toi  qu'il est rigoureusement interdit , ou fort déconseillé , de se promener dans la plupart des Massifs  forestiers de la région Sud Paca

la végétation est fort séche , le vent  fort présent , et les  risques de départ de feux  , accidentels , naturels , ou  délictuels , sont  hélas forts élevés ... sad

de plus , une chaleur accablante  régne sur ces massifs , ce qui rends vraiment peu agréable leur fréquentation actuelle ... smile


j'ai parlé de "pistes DFCI "  , pour ta gouverne , Jef , sache que cela signifie :   Défense Contre  Incendie "  ...   


les copains spéléos  respectent scrupuleusement  les interdictions  de  pénétrer dans  les massifs , et pour l'instant , les explos prévues ou en cours , sont en " Stand Bye " , comme disent les Anglos saxons ...

de toute manière , toutes les barrières des pistes sont fermées  et les agents forestiers surveillent tout cela  avec beaucoup de vigilance et de fermetés , le carnet de prunes à la main ...

ça donne pas pas envie de faire le malin ... d'autant plus que des vigies placées sur les points hauts avec de puissantes jumelles binoculaires , surveillent attentivements les  environs ...

en ce qui concerne l'usage que j'ai pu faire  de groupes électrogènes   en milieu Karstique , j'ai toujours veillé scrupuleusement  a faire fonctionner ceux ci  sur des surfaces  rocheuses ou  terreuses , à au moins quinze métres du moindre buisson ou  de la moindre broussaille ...

afin qu'aucune propagation ne soit possible , en cas  de pépin , il n'y a rien d'inflammable dans ce rayon là  ...   et puis jamais l'été ou en saison sèche, vu que c'est rigoureusement interdit  ...

là on se débrouille autrement ... wink

et puis bien sur , toujours avec un volumineux extincteur dans les parages immédiats , au cas ou ... big_smile

ok , à plus ...


titou des garrigues

Dernière modification par bisounours83 (19/08/2020 12:53:13)

Hors ligne

 

#5 20/08/2020 17:01:08

Jef2192
Membre
Date d'inscription: 17/06/2007
Messages: 1517
Site web

Re: souffler de l'air ou aspirer les gaz ?

Salut Titou,

Je connais ce qu'est DFCI et les restrictions dans le sud, bien légitimes compte tenu de la sécheresse.

Ta question sur le lien éventuel entre végétation et CO2 est vaste et c'est plutôt dans des ouvrages scientifiques que sur ce forum que tu trouverais des réponses. Cherche dans Karstologia :

https://publications.ffspeleo.fr/revue.php?id=194

J'ai souvenir d'un article sur le CO2 et le radon dans le réseau de St Marcel d'Ardèche dont je n'ai pas retrouvé la référence mais qui est fort complet.

J'ai seulement retenu le lien entre présence de végétation et CO2 sous terre. Et aussi les nombreux travaux sur le captage du CO2 par la végétation (puits de carbone).

A+

Hors ligne

 

#6 21/08/2020 14:48:55

Rémy Limagne
Membre
Date d'inscription: 01/06/2005
Messages: 1015

Re: souffler de l'air ou aspirer les gaz ?

Salut !

Ce sujet sur le CO2 sous terre a fait l'objet de beaucoup de recherches, à défaut d'explications et de certitudes.
En 2015, les Rencontres d'Octobre ont été organisées par le Spéléo-Club de Paris et les CDS 39 dans le Jura, sur ce thème.
Beaucoup de communications scientifiques dans les actes.
Ce n'est pas sur le web, mais à commander : http://speleoclubparis.fr/les-publications-du-scp/

RL

Hors ligne

 

#7 21/08/2020 19:26:47

bisounours83
Membre
Date d'inscription: 05/05/2007
Messages: 3886

Re: souffler de l'air ou aspirer les gaz ?

Salut Rémy ,

Salut Jef ,

  et "Hello Everybody " ...


merci à  tous les deux de vous être "penché "  sur ce problème , les gars  ...  sans tomber , bien sur ... lol

il est très probable que l'on puisse trouver des réponses à cet intrigant phénomène de CO2 en milieux Karstique  , dans les publications dont vous parlez ...

hélas , les pistes DFCI seront  de plus en plus connue par beaucoup de monde , vu que j'ai entendu dire qu'il y avait même eu  des feux de forets  d'une certaine ampleur en foret de Fontainebleau , non loin de Paris ...   qui l'aurais cru , au dernier millénaire ?? yikes

le Sud de l'Europe , et de la France , n'est plus  seul concerné par ce fléau , de fait ... , un bon conseil d'amis  débroussaillez soigneusement le joli bout de colline  situé sous vos fenêtres , ce n'est pas du luxe ...

je sais que même dans ma région ,  des études  "in situ"  de  teneur en CO2 de cavités ont été   réalisées , mais je ne sais pas bien ou on peut  dégoter  les résultats et les conclusions de ces études  ...

sauf Erreur de ma part ,  ces études ont concerné le"  Réseau des Rampins ", et ses  affluents , ainsi que le "Réseau  du Maramoy "   , tous  deux  dans le Var ...

ces deux réseaux sont de grands classiques peu difficiles , ou les débutants et les  tout jeunes enfants sont initiés à l'explo souterraine , et ceci depuis  un bon demi siécle , au moins ...

le CO2 aurait augmenté au Fond du Maramoye , selon certains  ...  mais un vieux briscard de mes amis  me dit qu'il a toujours été  incommodé par ces gaz , au fond de ce gouffre pourtant spacieux il y a déjà des décennies  ...

donc , le débat  à ce sujet subsiste ... big_smile

à plus , les gars ...  wink

Dernière modification par bisounours83 (21/08/2020 19:46:06)

Hors ligne

 

#8 Hier 16:40:55

Villard1234
Membre
Date d'inscription: 20/08/2019
Messages: 35

Re: souffler de l'air ou aspirer les gaz ?

Hello bisounours83. Sujet très intéressant qui me permet de te poser la question du détecteur de CO2. Habitué au gouffre alpin ou manifestement le détecteur de gaz n'a aucune utilité je me demande ou trouver cet engin ? because l'autre jour le fiston amateur de randonnée spéléo minière a échappé avec son pote à une probable catastrophe. La veille il me parle d'aller visite une vieille mine située sur les contreforts de grenoble. D'après les renseignements il y a un puits de 12 m dans le fond supposé. Lors de ma formation BE on avait relaté que dans les avens du sud il y avait souvent du gaz en fond de puits. Bien m'en a pris de l'obliger à prendre une bougie pour un test à son arrivée en bas de puits. Selon ses dires :
Arrivée bas de puits il reste par prudence sur la corde en mode montée (je lui ai fait la leçon la veille...) Il pose la bougie, l'allume et moins de 20 secondes plus tard elle s'éteint ! premier signe de vertige, il entame la remontée, reste 4 m à faire, nausée, vertiges, grosse difficultés respiratoire. Son pote en haut pose en catastrophe  un poulie bloque et fini par le hisser. J'en tremble encore !!!! Donc ce détecteur vous l'utilisez souvent, partout en spéléo ? ou le trouver Merci A+ JPaul

Dernière modification par Villard1234 (Hier 16:47:42)

Hors ligne

 

#9 Hier 17:19:36

Eric P88
Membre
Date d'inscription: 03/01/2013
Messages: 804

Re: souffler de l'air ou aspirer les gaz ?

Contrairement aux cavités naturelles, il y sûrement moins de ventilation naturelle en mine. Heureusement que ton fils s'en est sorti ! Une bougie, de mémoire, s'éteint vers 13 % d'oxygène alors qu'en dessous de 18 % il y a déjà une gène respiratoire.
Nous aussi on regarde à l'achat d'un appareil pour des travaux en puits artificiels ou désobstruction en cavité naturelle , ça va de 400 € (pour un appareil qui mesure la teneur en oxygène) à + de 1 500 € pour des appareils qui mesurent 3 à 4 gaz. Sur le net, il y a pas mal de vendeurs...

Hors ligne

 

#10 Aujourd'hui 11:10:44

bisounours83
Membre
Date d'inscription: 05/05/2007
Messages: 3886

Re: souffler de l'air ou aspirer les gaz ?

salut les gars ,

tu peux serrer bien fort dans tes bras ton fiston , Villard , car il a frôlé  la catastrophe de très prêt ...

bien que mon expérience minière soit limitée  n'ayant que 43 ans de fréquentation assidues aussi bien professionnelles que spéléo  de ces cavités qualifiées d'anthropiques ,  une paille , hein?

je me risquerait  à  vous conseillez les choses suivantes , après quelques petites remarques ...

les appareils destinés à détecter et mesurer le CO2  ( et non pas le CO , hein Toto !!...) coutent un bras  ,et doivent être étalonnés fréquemment , ce qui  coute aussi une jambe ...

du moins les appareils électroniques ...  il y a bien des gars qui réalisent eux même ces appareils  , à base de kit "Arduino" et de sondes dédiées ...

le problème , dans ce cas  est de pouvoir les étalonner correctement afin  d'avoir une détection et une   fiabilité sans failles  de l'appareil ...

car si vous prêtez ou vendez  votre appareil  à des spéléos , et que cela se passe mal , voire très mal ,  vous risquez de voir un juge vous demandez de passer le voir pour lui donner des explications ...

je vois un troisième problème : ce n'est pas tout les jours que l'on  doit utiliser  un détecteur  de CO2 et   ce bidule couteux va roupiller  longuement au fond d'un tiroir ...

que vous conseiller ?

perso , je ferais cela :

je me tournerais vers  une boîte  de professionnels  qui traite bien ce problème :  la firme "Draëger"   ( Deutsch Qualitât , en plus ...)

( a suivre ...)

Dernière modification par bisounours83 (Aujourd'hui 11:33:12)

Hors ligne

 

#11 Aujourd'hui 11:23:41

bisounours83
Membre
Date d'inscription: 05/05/2007
Messages: 3886

Re: souffler de l'air ou aspirer les gaz ?

la suite :

Draëger  commercialise des appareils électroniques dédiés au CO2  fort couteux , mais fiables , robustes , etc...     probléme : le prix ...  panne possible au mauvais moment ...  etc ...

j'achéterais plutôt un  de leurs appareils    qi à fait ses preuves depuis belle lurette :

une pompe à main  , sur laquelle vous fixerez un tube en verre rempli d'un réactif chimique  ...     c'est colorimétrique , comme principe :

pompez manuellement le nombre de fois prescrit sur le mode d'emploi (  5, 10 , 20 fois ...)  et  observer le changement de couleur  du tube de réactif :   il vous révéleras la présence ainsi que lle taux de CO2 présent dans  l'air analysé ...

c'est entièrement mécanique et chimique , ce procédé , et  il n'y a aucun risque de panne  de batteries ou d'électronique ...

je l'ai employée à titre professionnel cette pompe  Draëger , et c'est que du bonheur ...


de plus , il me semble qu'il existe une rallonge  ( tuyau ou durite de plastique )  entre la pompe et le tube détecteur de verre ,  , pour accéder au fonds du puits  , depuis  son sommet ...smile


rappel important : le CO2 stagne dans les profondeurs et au raz du sol d'une cavité , car il est plus dense ( lourd ...)  que l'air  , ce qui n'est pas le cas  du CO qui se mélange bien à l'air ambiant ...

c'est une histoire de masse molaire , tout ça , les chimistes vous le confirmerons ...


notez bien qu'on peur dégotter des tubes et des pompes   Draêger sur les sites   de revente de vieux bidules  trainant dans les placards ( E bay , Mano Mano , etc...)    pour des prix défiant toute concurrence ...

ok, à plus , j'ai un rencart à honorer , les gars et les filles ...

au plaisir de vous lire ... 

à+

T des garrigues

Dernière modification par bisounours83 (Aujourd'hui 11:31:19)

Hors ligne

 

#12 Aujourd'hui 16:10:58

Villard1234
Membre
Date d'inscription: 20/08/2019
Messages: 35

Re: souffler de l'air ou aspirer les gaz ?

Hello vous !

L'URBEX est un véritable danger pour nos jeunes sans expérience. La sienne a été moins 1 ! Finalement j'en déduit que la bougie reste une méthode fiable simple et sur ! Pas simple de mettre plusieurs centaines d'euros pour des utilisations limitées. Et effectivement on trouve de tout sur le net.
Question : CO2 fréquent en fond de trou non alpin mais le CO ? ce gaz ne devrait pas être présent dans les trous car issu d'une combustion (incendie par exemple) incomplète non ? A+ JP

Hors ligne

 

#13 Aujourd'hui 16:57:49

Eric P88
Membre
Date d'inscription: 03/01/2013
Messages: 804

Re: souffler de l'air ou aspirer les gaz ?

Pompe Draëger : sûrement fiable, mais assez gros, ampoule fragile à usage unique avec des dates de péremption... sad
Je pense qu'il faut évoluer !!!

Un petit détecteur d'oxygène électronique est nettement préférable : si la teneur en oxygène baisse c'est qu'il y a un autre gaz qui prend sa place : on s'en tape dans ces conditions de savoir lequel !

Le CO ne peut pas se trouver comme cela sous terre, toutefois il faut encore ne pas se trouver près de chantiers ou passer derrière des "cons" qui auraient fait du feu sous terre...

Hors ligne

 

#14 Aujourd'hui 17:28:42

Rton
Membre
Date d'inscription: 05/08/2008
Messages: 270

Re: souffler de l'air ou aspirer les gaz ?

bah, en mine tu peux trouver pleins de trucs,
mais un détecteur de O2 c'est le minimum en anthropique. H2S et LIE peuvent bien compléter.

A+

Dernière modification par Rton (Aujourd'hui 17:28:53)

Hors ligne

 

#15 Aujourd'hui 19:15:38

Jef2192
Membre
Date d'inscription: 17/06/2007
Messages: 1517
Site web

Re: souffler de l'air ou aspirer les gaz ?

On a parlé de nombreuses fois de ce problème de gaz. Cherchez un peu sur ce forum et ailleurs et vous trouverez toutes les réponses à vos questions.

Rappel : le CO, et autres (oxydes d'azote, etc), c'est produit sous terre surtout par les explosifs. Du feu, aucun spéléo sérieux ne s'amuse à faire du feu sous terre. Possible dans des lieux mal ventilés souterrains où des fêtards seraient actifs, carrières, catacombes.

C'est bien les tubes Draeger mais il faut être tout à côté de la zone à mesurer donc être exposé. Ou utiliser une rallonge et une pompe, plus compliqué. Et cher, comme la pompe dédiée.
On peut utiliser plusieurs fois le tube en notant la mesure précédente et en la déduisant du résultat obtenu en 2° ou 3° mesure ou plus.
C'est un moyen un peu périmé par rapport aux détecteurs.

Les détecteurs multigaz utilisés par les égoutiers mesurent souvent CO, oxygène, explosivité (LIE), H2S. Chers mais efficaces. Indispensables avant toute descente en égouts. Exemple vécu de teneurs mortelles en H2S.

Les petits détecteurs de CO sont indispensables pour les tirs d'explosifs mais rien d'autre sous terre.

Rton a bien raison, mesurer l'oxygène peut suffire pour déduire le CO2.

La bougie est un moyen simple et peu couteux de tester le CO2 avant de descendre. Posée sur un support type encensoir, avec une cordelette longue pour sonder toute la hauteur du puits à descendre.

Dans les mines, il pourrait y avoir des remontées de gaz de faille, toxiques. Prudence.

Les eaux stagnantes peuvent aussi dégager du méthane qui remplace l'oxygène. Méfiance dans les pertes avec brancardages, feuillages immergés.

Hors ligne

 

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB 1.2.23
Traduction par FluxBB.fr