Forums FFS

 Spéléologie, canyoning, fédération XML

Vous n'êtes pas identifié. Les règles des forums ont changé. Même si vous avez déjà un compte, vous devez vous identifier à nouveau. Cliquez sur S'identifier.

Annonce

Bienvenue dans cet espace de discussion sur la spéléologie, le canyonisme et la plongée souterraine

#1 17/10/2008 10:17:31

Lorenzo
Administrateur
Lieu: lyon
Date d'inscription: 25/01/2005
Messages: 211
Site web

Réflexions préalables à l'élaboration d'un projet fédéral

La nouvelle tombée en juillet sur la réduction de notre subvention a jeté un froid polaire sur la construction du projet fédéral pour l’olympiade.
Le nombre d’inconnues dans l’équation visant à déterminer le programme d'actions pour les 4 ans à venir, rend l’exercice très complexe et nous a plonge dans la perplexité.
Les mauvaises langues diront que ça n’excuse pas tout le retard dans la présentation du projet. Il convient cependant de ne pas confondre vitesse et précipitation ni de s'engager sur une foultitude d'actions qui ne seront pas ou mal réalisées.

Quoi qu’il en soit, nous sommes condamnés à gérer la pénurie d'argent qui sans aucun doute va s’accentuer dans les années à venir.

Le contexte actuel vous le connaissez : des ressources en baisse, un effectif qui stagne voire qui diminue, une moyenne d’âge qui ne cesse d’augmenter, une féminisation modeste, des effectifs et un nombre de journées stagiaires en baisse, n’en jetez plus la cour est pleine !
On apprend parallèlement que le nombre de licences dans les fédérations sportives de nature a augmenté entre 2001 et 2006 de plus de 20% avec une croissance annuelle de 3,8% par an . Et nous dans tout ça ? Nous sommes contents car en 2007 nous avons eu 181 fédérés de plus (plus forte hausse depuis 1985 !) soit 2,4% de croissance ce qui annule 3 ans de baisse. (Source descendeur p 72  les indicateurs financiers 2007 par B Lips.)

Un projet modeste consisterait à sauver ce qui peut l’être et à gérer les affaires courantes : les formations, le secours, et à attendre que ça se passe. Je ne sais pas pour vous, mais nous ça ne nous intéresse pas.

Nous croyons au contraire qu’il faut contourner l’obstacle. Pour cela mettons nous d'accord sur les objectifs à atteindre.


Le ministère nous lâche progressivement parce que nous ne rentrons pas dans le cadre, nous ne sommes pas olympiques, nous n’allons pas chercher les jeunes dans les banlieues, nos actions envers les femmes et les familles restent modestes,  nous avons le mauvais goût d’aller voir très loin comment sont les trous et les canyons et nous croulons sous la littérature spéléo qu’il faut trier classer inventorier, et ça, ca ne motive pas les masses. Nous faisons dans le particularisme, le savoir, la connaissance, les jambes et la tête !

Le but de tout spéléo est et doit rester l'exploration, le fédéré, qu’il soit spéléo ou canyoniste est fait pour aller sous terre ou dans les canyons  quel que soit le contexte, explo, ballade, étude scientifique, encadrement etc..
La fédération se doit de lui apporter son soutien et lui garantir une pratique libre, réfléchie soucieuse de son environnement.
Ce qui compte le plus pour nous c'est l'exploration mais la première n'est possible qu'avec des pratiquants qui maîtrisent ce qu'ils font, car ils sont formés et ont la connaissance du milieu dans lequel ils évoluent.  La première n'existe que parce que les risques sont maitrisés, puis parce qu'elle est publiée. Mais la première maintenant il faut aller la chercher alors qu’on se fait vieux, il faut passer le flambeau et pour ça, il faut transmettre sa connaissance, ses trucs sinon les gaillards de 20 piges  vont partir faire des activités plus « fun » moins ingrates.


Notre fédération aujourd'hui dispose d'un réel savoir faire pour la formation,  les secours, la connaissance de l'environnement des milieux dans lesquels nous évoluons et une reconnaissance internationale. C'est une fédération active structurée (trop ?) avec plus de 1800 cadres dirigeants pour 7500 fédérés et plus de 500 clubs.
Et alors ?


La question de l'argent :

le bilan financier 2007 fait apparaître un montant de dépenses de 1 372 034,18 € et de recettes de 1 347 958,09 €  .
Voir diminuer la subvention du ministère de 25% suscite l'inquiétude et nécessite une réaction rapide et efficace.
L’argent, nous en avons besoin pour financer des actions et assurer le fonctionnement de la fédération. Le fonctionnement du siège qui représente 8,5 % du budget soit 350 k€ (nos cotisations représentent 230 k€ par an) euros annuels est un poids fixe et sa réduction entraînerait des problèmes de fonctionnement qu'il convient d'évaluer correctement. Par conséquent c'est inéluctablement sur les actions qu'il faut agir soit en les réduisant soit en  les réorientant vers les structures régionales ou départementales. Toute nouvelle action envisagée à court terme doit être étudiée dans ce contexte.


La question des effectifs :

Pourquoi vouloir augmenter les effectifs nous diront les barbons barbus au fond des bois ? Est-ce si important de faire du chiffre ? :

Une analyse des statistiques fédérales, qui reste à affiner, montre que le recrutement des moins de 22 ans se fait régulièrement puisque chaque année ce sont elles qui alimentent en grande partie le renouvellement des troupes. Sans doute grâce aux EDS, mais une réflexion plus globale sur les actions à mener en liaison avec les clubs, l’éducation nationale, les fédérations scolaires devrait permettre d’augmenter le nombre de nouveaux jeunes fédérés. L’enjeu porte principalement sur la fidélisation des plus de 22 ans et le recrutement sur les tranches d'âge entre 20 et 30 ans. Il convient donc de s'interroger sur ce point et de mettre en place des actions ciblées sur cette tranche d'âge.
L'érosion se fait aussi au sommet de la pyramide, ces classes d'âge, porteuses du patrimoine culturel et historique de la fédération.

La question de l'expertise :
Nous revendiquons une expertise du milieu souterrain sous toutes ses formes, une pratique dynamique du canyon, les secours, la connaissance, le conservatoire etc... Qu'en faisons-nous ? Et dans quel but ?


La question de la reconnaissance internationale :
La FFS jouit au niveau international d'une réelle reconnaissance qui, pour des raisons politiques n'est pas prise en compte complètement puisque la France ne siège pas au bureau de l'UIS même si les responsables des principales commissions sont français. Aujourd'hui l'UIS et la FSE nous font plus que des appels du pied pour que la France retrouve la place qu'ils considèrent légitime au sein de l’UIS. En ce qui concerne la FSE un Français est titulaire du poste de secrétaire général.
Ces deux points de « politique internationale » nous amènent naturellement sur la réalisation des expéditions à l'étranger. Chacun peut penser ce qu'il veut sur les motivations des uns et des autres à parcourir la moitié du globe pour faire de l'exploration, il n'en reste pas moins et l'expérience le montre que la constitution d'équipes d'origines géographiques différentes constitue un élément extrêmement structurant de la pratique et de la fédération.

Ces points de contexte étant précisés, nous organiserons les actions aux différents niveaux (clubs, csr et cds ) et vers les différentes cibles, mais il convient que nous nous mettions d'accord avant tout sur les objectifs.


      A partir de ce constat nous vous proposons d'engager le débat sur la base des 5 objectifs :
Objectif 1
Objectif 2
Objectif 3
Objectif 4
Objectif 5


Le bureau

Hors ligne

 

#2 02/11/2008 12:33:30

jph
Membre
Date d'inscription: 25/01/2005
Messages: 33

Re: Réflexions préalables à l'élaboration d'un projet fédéral

Bonjour à tous
Afin que chacun est bien en tête la démarche initiée pour élaborer ensemble le projet fédéral 2009-2012, je précise quelques étapes :
La première consiste à faire un diagnostic des forces et faiblesses de la fédération. Le compte rendu des états généraux, les indicateurs financiers et non financiers publiés chaque année dans le descendeur, l'introduction précédant les 5 grands objectifs mis en débat constituent l'essentiel de ce diagnostic. Elle doit permettre de mesurer les enjeux de la période. Il importe que chacun fasse état au vu des documents cités de ce qui lui semble essentiel de mettre en avant.

La seconde étape doit permettre de mettre en débat ce diagnostic et de construire ensemble des orientations. C'est donc la définition des finalités de la politique que nous souhaitons conduire.
Au vu du diagnostic, les 5 grands objectifs définis par le bureau répondent-ils aux enjeux identifiés ?

La troisième étape devra permettre de définir les objectifs et le plan d'action de la fédération et d'aboutir à la rédaction du projet.Les CDS, CSR et les clubs ont ici un rôle essentiel en faisant remonter les actions qu'ils entendent conduire durant ces 4 années.
Ce projet sera soumis au CD de mars 2009 et ensuite à l'AG de 2009.
Merci de votre participation
Cordialement
Jean-Pierre HOLVOET
Président adjoint de la FFS

Hors ligne

 

#3 14/12/2008 12:51:52

jph
Membre
Date d'inscription: 25/01/2005
Messages: 33

Re: Réflexions préalables à l'élaboration d'un projet fédéral

Devant un certain fléchissement de s échanges concernant le projet fédéral, je vous soumets le projet que j'avais préparé en tant que candidat à la présidence de la FFS et que je souhaitais soumettre à tous pour l'enrichir.
J'ai hésité à le transmettre, mais il me semble que c'est par les contributions de chacun que nous ferons avancer le projet fédéral en construction.
J'ai surtout essayé de définir les champs d'action de chacun des niveaux de la FFS (national, régional, départemental, local).
En espérant que cela relancera les débats et permettra d'enrichir encore le projet en gestation.
PROJET FEDERAL 2009 – 2012 ELABORE PAR JP HOLVOET

Au fond des gouffres ou sous les cascades vivons intensément notre passion

Au travers de nos activités, chacun doit pouvoir avoir la possibilité de s’épanouir, de vivre intensément sa passion en respectant l’environnement et sa sécurité.
Le projet fédéral que nous vous proposons s’appuie sur les valeurs qui nous rassemblent : l’engagement, la responsabilité, la convivialité, le partage, l’entraide, le plaisir de pratiquer et de découvrir quelque soit notre statut social.
Autour de ces valeurs, dans la continuité des orientations prises par l’équipe précédente et au regard des conclusions des états généraux de la spéléologie, nous vous proposons les objectifs suivants :

    1 – Aider et dynamiser les clubs, les CDS et les CSR
    2 – Favoriser le développement de la spéléologie et du canyon
    3 – Faire connaître et valoriser nos actions et notre image
    4 – Inscrire nos actions dans le développement durable
    5 – Faire reconnaître notre position sur le plan international

Chacun de ses objectifs est décliné en actions : actions nationales, actions des structures déconcentrées, actions des clubs.
Le cadre ainsi fixé, chaque structure pourra en fonction de sa situation particulière retenir telle ou telle orientation. Nous aurons alors un foisonnement de projets qui nous permettront de progresser ensemble de manière cohérente et que nous pourrons partager.
Chacun à sa place sera alors partie prenante et acteur de ce projet.

1 – AIDER ET DYNAMISER LES CLUBS, LES CDS ET LES CSR

Les clubs doivent être au centre du projet de développement de la FFS pour atteindre l’objectif de 9.000 adhérents en 2012.
Ce sont eux qui transmettent et véhiculent nos valeurs. Ce sont eux encore qui initient, forment, perfectionnent et fidélisent les pratiquants.
L’échelon national souhaite renforcer ses liens avec les clubs et ses adhérents, les CDS et les CSR.
                                                                                                            Actions nationales

Simplifier la procédure d’adhésion des clubs
Favoriser un parrainage des nouveaux clubs par les clubs déjà affiliés
Développer un programme de formation décentralisé des dirigeants des clubs, CDS et CSR.
Créer des outils d’aide à la gestion des clubs.
Proposer aux clubs, CDS et CSR des visuels de communication personnalisables et clairement identifiables.
Proposer un label pour les clubs.
Poursuivre et améliorer le Fonds d’Aide aux actions locales (FAAL).
Clarifier et préciser les rôles, missions et moyens des clubs, CDS et CSR.
Encourager toutes les structures à élaborer leur projet de développement.
Proposer un système de gestion de l’informatique fédérale (SyGIF).

Actions CDS et CSR

Accompagner la création de nouveaux clubs.
Aider les clubs dans leurs démarches administratives et de recherche de financement.
Relayer l’information entre le niveau national et les clubs.
Aider les clubs à élaborer leur projet de développement.
Mutualiser les lieux de pratique et d’entraînement et les cadres formateurs.
Organiser en lien avec les partenaires (CROSS, CDOS, etc.) des formations de dirigeants.

Actions Club

Faire connaître les besoins et les actions au niveau des CDS, CSR et national.
Rendre compte dans Spelunca des actions ayant bénéficié des aides du FAAL.
S’impliquer dans la vie des CDS et des CSR.
S’engager dans une démarche qualité.


2 – FAVORISER LE DEVELOPPEMENT DE LA SPELEOLOGIE, DU CANYON ET DES ACTIVITES CONNEXES.

Le développement des loisirs, la recherche d’expériences passagères et variées, l’ouverture à tous les publics, l’apparition de nouvelles pratiques, l’intégration de la descente de canyon nécessitent que la FFS prenne en compte ces évolutions et propose le développement de tous les types de pratique compatibles avec nos valeurs et notre éthique. Pour fidéliser les pratiquants, nous devons être à même d’initier toute action susceptible de les satisfaire.

            Actions nationales


Rendre la licence attractive ( réductions, partenariats ..).
Développer les adhésions via Internet.
Inciter les clubs fédérés à licencier tous leurs membres pratiquant la spéléologie et/ou le canyon.
Favoriser la pratique féminine et l’investissement des femmes dans les instances dirigeantes de toutes les structures fédérales.
Soutenir tout évènement, manifestation ou formation à destination des familles.
Susciter la mise en place de conventions avec les collèges, les lycées et les universités
Favoriser, lors d’évènements ou manifestations, la découverte des différents types de pratique (spéléo, canyon, loisirs,…).
Rendre compte des expériences sur le rôle social de la FFS.
Proposer une offre de formations attractive et cohérente.
Améliorer la transversalité des formations (spéléo, canyon, plongée souterraine  ..).
Maintenir et développer les liens entre formations fédérales et diplômes d’Etat.
Développer nos relations avec les professionnels notamment en menant des actions en commun pour les conventions d’accès aux sites de pratique et les comités de gestion.
Susciter l’emploi dans les départements et les régions et inciter à l’emploi partagé pour les clubs.
Définir les conditions d’un suivi médical adapté à chaque pratiquant quel que soit sa discipline.


Actions CDS et CSR

Développer des inter-clubs.
Organiser le 2° colloque « Spéléologie, éducation et thérapie »
Valoriser les clubs licenciant tous leurs membres pratiquant la spéléologie et/ou le canyon.
Négocier des conventions avec les collèges, lycées et universités.
Organiser des rencontres permettant d’échanger sur des thèmes généraux ou ciblés (réunion régionale FFS – clubs, journées des dirigeants, réunion des présidents de CDS, réunion des présidents de région, etc.).
Rendre compte des expériences permettant la pérennisation d’un emploi.

Actions clubs

Proposer une offre de pratiques adaptée.
Assurer la prévention des pratiquants.
Développer la dimension accueil.
Former des cadres aptes à encadrer toutes les activités pratiquées dans le club.
Mettre en place des manifestations ou formations à destination des familles.
Participer aux actions prévues par les conventions signées avec les collèges, lycées et universités.


3 – FAIRE CONNAITRE ET VALORISER NOS ACTIONS ET NOTRE IMAGE

Notre image est encore beaucoup trop marquée par les secours et nos actions en faveur de la société sont mal connues.
Pour remédier à ce déficit d’image, il importe que nous développions une communication axée sur nos actions de terrain et nos apports à la société. C’est aussi un des moyens de faire reconnaître notre expertise.
Nous devons également susciter l’envie et faire rêver.

            Actions nationales


Etudier la création d’un parc naturel de la spéléologie.
Susciter la création de bureaux d’étude.
Développer le Conservatoire.
Rendre notre centre national de documentation  opérationnel et performant , l’ouvrir sur l’extérieur
Faire valoir la spécificité de la spéléologie dans nos relations avec les services de l’Etat.
Développer une stratégie de communication avec les gestionnaires et usagers de nos sites de pratique.
Médiatiser nos découvertes et nos travaux.
Faire évoluer Spelunca avec une ligne éditoriale davantage basée sur les réalisations concrètes des adhérents, des clubs, des CDS, CSR et des commissions.
Mettre en valeur et monnayer notre expertise et notre savoir-faire.
Etudier la possibilité de vendre Spelunca en kiosque
Fournir gratuitement Spelunca à tous les licenciés.


Actions CDS et CSR


Désigner un référent communication.
Créer des bureaux d’étude régionaux
Communiquer avec les médias grâce à des informations nombreuses et régulières.
Collecter les articles des adhérents et des clubs sur les actions menées.
Informer le Conservatoire des cavités susceptibles d’y être intégrées.
Proposer des lieux d’échange et de communication aux gestionnaires et utilisateurs de nos sites de pratique.


Actions Clubs

Faire remonter toute information concernant des actions et découvertes.
Rédiger des articles pour Spelunca et/ou Karstologia
S’impliquer dans les relations avec les gestionnaires et usagers de nos sites de pratique.


4 – INSCRIRE NOS ACTIONS DANS LE DEVELOPPEMENT DURABLE

Etre agréé association de protection de la nature nécessite que nous ayons une vision qui dépasse le simple cadre de nos lieux de pratique. C’est tout le fonctionnement de notre fédération qui doit s’inscrire dans le développement durable et contribuer à réduire les actions néfastes pour la préservation de la planète.

Actions nationales


Mettre en œuvre l’agenda 21 de la fédération
Réaliser le diagnostic
Elaborer et mettre en œuvre le programme d’action

Affirmer notre place dans la découverte et la préservation du patrimoine souterrain et des canyons.
Susciter des études d’impact de la spéléologie sur le milieu souterrain et du canyon sur les rivières et torrents
Participer aux réunions du Comité National du Patrimoine souterrain
Participer au comité de pilotage pour le futur plan de restauration des chiroptères


Accompagner et former les pratiquants, les cadres et dirigeants au respect de l’environnement.
Poursuivre notre partenariat avec les fédérations ayant des préoccupations communes (FFME, FFESSM, Conseil interfédéral des sports de nature, CNOSF, etc..).
Prendre en compte dans toutes nos actions les autres acteurs de nos milieux de pratique et favoriser les collaborations
Communiquer sur le volet environnement et protection de la nature de la spéléologie et du canyon.
Favoriser l’investissement des CDS dans les CDESI en concertation avec les autres fédérations de sports de nature.
Elaborer et diffuser une charte du canyoniste.



Actions CDS et CSR

Créer leur propre agenda 21.
Faire remonter tout problème lié à la fréquentation des cavités et canyons.
Créer des sentiers karstiques et tout autre parcours pédagogique permettant de comprendre et de respecter le milieu.
Participer aux réunions avec les instances déconcentrées des fédérations ayant des préoccupations communes.
S’investir dans les CDESI
Négocier des accords de partenariat avec les autres acteurs de nos milieux de pratique.
Développer les inventaires des cavités et canyons.


Actions Clubs


Respecter et faire respecter les réglementations
Faire connaître les réalisations dans la découverte et la préservation du patrimoine souterrain et des canyons.
Diffuser et commenter les chartes du spéléologue et du canyoniste
Former les pratiquants à la protection des milieux de pratique et de l’environnement en général


5 – RENFORCER  NOTRE POSITION SUR LE PLAN INTERNATIONAL

Leader mondial dans les domaines de la formation et des secours, la FFS doit encore s’affirmer dans le domaine des sciences où elle pèche par manque de communications dans les congrès internationaux.


            Actions nationales

Agir pour occuper un poste au bureau de l’UIS
Revendiquer la présidence de la FSUE
Proposer une expédition nationale chaque année
Développer les échanges internationaux
Accentuer notre participation dans les rencontres internationales
Susciter des communications en nombre


Actions CDS et CSR

Organiser des expéditions régionales
Participer aux congrès et colloques des pays limitrophes
Organiser l’accueil de ressortissants étrangers lors des échanges bi-gouvernementaux ou internationaux.


Actions Clubs

Participer aux expéditions
Réaliser des communications lors de congrès et colloques internationaux
Accueillir et faire découvrir notre patrimoine lors de la venue d’étrangers en France

Hors ligne

 

#4 22/12/2008 11:40:38

Amm
Membre
Lieu: 77250
Date d'inscription: 02/12/2005
Messages: 290

Re: Réflexions préalables à l'élaboration d'un projet fédéral

jph a écrit:

J'ai hésité à le transmettre, mais il me semble que c'est par les contributions de chacun que nous ferons avancer le projet fédéral en construction.

Je n’avais pas « imprimé » que ce forum était redevenu ouvert, donc discutable comme tu le souhaitais. Il y a bien peu de participants sur Projet fédéral 2009 2012 et ça me semble une bonne idée de publier ton programme. On peut regretter que du fait du mode d’élection ancien régime du président(e) de la FFS ce type de dialogue ne puisse s’établir avant les dites élections.
On doit s’interroger sur les causes de cette faible fréquentation du forum :
- Derrière l’élection du nouveau bureau, élection réservée à l’élite, certains peuvent se demander pourquoi, tout d’un coup, on leur demande leur avis
- Certains se rappellent sûrement encore des EGS qui ont conduit à ce que la montagne accouche d’une souris
- Participer au débat, c’est aussi s’exposer et ça ne semble pas être le point fort de la population spéléo ; et qu’on ne dise pas que tous les spéléos n’ont pas accès à Internet. Le problème est là : du fait de la pesanteur des institutions, le spéléo n’est pas habitué à être autonome dans sa réflexion, réfléchir à une autre politique et oser défendre ses opinions.
- Conséquence du point ci-dessus, malgré un esprit frondeur et libertaire de beaucoup, les spéléos, en groupe, sont très conservateurs… et ça arrange bien des personnalité qui en profite pour y trouver, et surtout, y conserver du pouvoir.
Après des attendus je passerais à l’analyse critiques du programme de JPH. (les paragraphes précédés de > sont issus du texte original de JPH et ceux précédés de ** mes observations ou avis)


> Au travers de nos activités, chacun doit pouvoir avoir la possibilité de s’épanouir, de vivre intensément sa passion en respectant l’environnement et sa sécurité. Le projet fédéral que nous vous proposons s’appuie sur les valeurs qui nous rassemblent : l’engagement, la responsabilité, la convivialité, le partage, l’entraide, le plaisir de pratiquer et de découvrir quelque soit notre statut social.
** Ca me semble une belle synthèse

1 – AIDER ET DYNAMISER LES CLUBS, LES CDS ET LES CSR
> Les clubs doivent être au centre du projet de développement de la FFS pour atteindre l’objectif de 9.000 adhérents en 2012. Ce sont eux qui transmettent et véhiculent nos valeurs. Ce sont eux encore qui initient, forment, perfectionnent et fidélisent les pratiquants.
** Les clubs ne sont rien sans les spéléos qui leur donnent vie. Je pense que c’est le spéléo qui doit être au centre du projet. Ce qui colle bien avec la synthèse du début.
> Simplifier la procédure d’adhésion des clubs
** Je suis partisan d’abandonner l’affiliation des clubs pour n’avoir que des adhésions individuelles. Chaque spéléo se groupant, si il le souhaite, dans un ou plusieurs clubs fondés sur les principes de la loi de 1901 (toute la loi)
> Favoriser un parrainage des nouveaux clubs par les clubs déjà affiliés
** La liberté que je voudrais rendre au club et au individus devrait aussi favoriser la conclusion d’entente
> Développer un programme de formation décentralisé des dirigeants des clubs, CDS et CSR.
** J’estime que ce niveau CDS n’a aucun intérêt. Il peut (ou pouvait) éventuellement servir de pompe à fric mais devant le désengagement de l’État et son probable abandon prochain du niveau départemental il ne servira plus à rien. Là aussi, le groupe de clubs, voisins géographiques ou d’attente, peut facilement traverser les frontières administrative des départements.
> Créer des outils d’aide à la gestion des clubs.
** Peut-être mais, déjà, que la fédé ne les empêche pas de tourner en rond
> Proposer un label pour les clubs.
** une bonne idée de promotion en effet. C’est par contre difficile à gérer (critères, durée, contentieux) et je crois que ce n’est pas une urgence
> Poursuivre et améliorer le Fonds d’Aide aux actions locales (FAAL).
** C’est quoi ?
> Clarifier et préciser les rôles, missions et moyens des clubs, CDS et CSR.
** Pour moi, je supprimerais le niveau CDS et je renforcerais le niveau CSR comme organe déconcentré de la FFS. Je serai tenté de dire : la fédération a en charge ce qui est délégataire, en face de l’État, les CSR gère le reste et c’est tout. Une décentralisation en quelque sorte que je ne vois pas, hélas, autrement que reposant sur un critère géographique. Les régions me semble un bon niveau et en capacité à traiter avec des homologues au niveau européen.
> Encourager toutes les structures à élaborer leur projet de développement.
** Ca ne mange pas de pain de dire ça mais bon… c’est pas très efficace
> Proposer un système de gestion de l’informatique fédérale (SyGIF).
** Pour moi, il devrait intégrer les CSR, dans un projet d’ensemble
Actions CDS et CSR
> Accompagner la création de nouveaux clubs.
** oui, boff, comme déjà dit, si on arrêtait de nous compliquer la vie, ça serait déjà bien. Mais c’est vrai aussi qu’une structure CSR devrait pouvoir « aider ».
> Aider les clubs dans leurs démarches administratives et de recherche de financement.
** pour moi : non. Les clubs retrouvant leur autonomie totale de gestion, c’est à eux de se débrouiller.
> Relayer l’information entre le niveau national et les clubs.
** A notre époque, nous n’avons plus besoin de relais entre la fédération et le spéléo. N’alourdissons pas inutilement notre fonctionnement
> Mutualiser les lieux de pratique et d’entraînement et les cadres formateurs.
** Peut-être. Les cadres : oui car ils sont issus de formation fédérale. Les lieux de pratique, c’est plus compliqué car il faut les entretenir et je crois que des conventions inter-club (par exemple) seraient plus efficaces
> Organiser en lien avec les partenaires (CROSS, CDOS, etc.) des formations de dirigeants.
** CROSS ??? CDOS ??? S’il sont dirigeant c’est qu’ils sont déjà informés… non ?
Actions Club
> Faire connaître les besoins et les actions au niveau des CDS, CSR et national.
** Aucun intérêt. Si des spéléos veulent partager, leurs cibles doivent être les autres spéléos. Là aussi, arrêtons de compliquer la communication.
> Rendre compte dans Spelunca des actions ayant bénéficié des aides du FAAL.
** FAAL ? (voir ci-dessus). On reparlera de Spélunca plus loin
> S’impliquer dans la vie des CDS et des CSR.
** Non les clubs sont des structures indépendantes. Ce sont les spéléos qui s’impliquent
> S’engager dans une démarche qualité.
** Dire ce qu’on fait et faire ce qu’on a dit… hé bien y’a beaucoup de clubs qui on un sacré parcourt devant eux. Sur le fond, je suis d’accord mais l’objectif me semble hors d’atteinte

2 – FAVORISER LE DEVELOPPEMENT DE LA SPELEOLOGIE, DU CANYON ET DES ACTIVITES CONNEXES.
> Le développement des loisirs, la recherche d’expériences passagères et variées, l’ouverture à tous les publics, l’apparition de nouvelles pratiques, l’intégration de la descente de canyon nécessitent que la FFS prenne en compte ces évolutions et propose le développement de tous les types de pratique compatibles avec nos valeurs et notre éthique. Pour fidéliser les pratiquants, nous devons être à même d’initier toute action susceptible de les satisfaire.
** C’est un vrai problème. Je ne pense pas qu’il soit réaliste d’envisager une fédération qui contrôle le développement; elle sera de toute façon débordée. La fédération doit se fixer une politique et la faire connaître. Elle doit aussi être en capacité de la faire évoluer et même de la changer. Son niveau national, proche des services de l’État, délégataire pour certaines activités, est essentielle. Son rôle serait de maintenir une harmonie et de faire en sorte que les fédéres ne se trouvent pas lésés par d’autres pratiques. Il y a, ou aura, des activités connexes qui seront exorbitantes de la délégation ; ce qui est indispensable c’est qu’elle n’empêchent pas les activités délégataires.
Actions nationales
> Rendre la licence attractive ( réductions, partenariats ..).
** Ah que oui. Donc licence individuelle au même prix pour tous (même si on doit envisager des classes tarifaires (jeunes, vieillards, pauvres etc). Permettre une adhésion n’importe quand dans l’année avec un tarif au prorata (ou des licences annuelles sans lien avec les années calendaires). Coupler à la licence la possibilité de souscrire au contrat d’assurance fédérale
> Développer les adhésions via Internet.
** oui et de payer sa licence et son assurance en ligne
> Inciter les clubs fédérés à licencier tous leurs membres pratiquant la spéléologie et/ou le canyon.
** j’ai déjà établi de nombreuses participations sur ce sujet. J’ai proposé une solution au problème : les clubs ne sont plus affiliés ; il gère leurs membres comme ils l’entendent. Ce qui n’empêche pas un club de promouvoir le fédéralisme et la solidarité au travers de l’assurance fédérale. Une question : l’assurance « fédérale » ne doit-elle être accessible qu’au fédérés ?
> Favoriser la pratique féminine et l’investissement des femmes dans les instances dirigeantes de toutes les structures fédérales.
** débat serpent de mer. Je crois que la solution au problème est déjà de favoriser l’investissement de TOUS. Cet investissement dérange les personnalités en place. Les femmes profiteront de cette dynamique comme les nouveaux
> Soutenir tout évènement, manifestation ou formation à destination des familles.
** Boff… et ceux qui ne sont pas en famille… et la femme seule. Je ne crois pas que ce sectarisme soit très porteur. Laissons déjà la liberté de créer des événements (c’est à la mode) et éventuellement que le niveau national propose quelques points de rencontre national pour asseoir sa légitimité
> Susciter la mise en place de conventions avec les collèges, les lycées et les universités
** J’ai pas compris à quoi ça servait… mais je veux bien qu’on m’explique pour savoir quoi en penser
> Favoriser, lors d’évènements ou manifestations, la découverte des différents types de pratique (spéléo, canyon, loisirs,…).
** Pour moi, c’est au niveau local que ça se traite (club par exemple) et éventuellement CSR mais pas national (dans mon modèle)
> Rendre compte des expériences sur le rôle social de la FFS.
** A qui ? à l’État (qui s’en désintéresse). Mais je suis d’accord avec JPH qu’un rôle social d’une activité comme la spéléo doit être mis en musique
> Proposer une offre de formations attractive et cohérente.
** oui, sans aucun doute. C’est déjà un peu le cas.
> Améliorer la transversalité des formations (spéléo, canyon, plongée souterraine  ..).
** Euh ça veut dire quoi ?
> Maintenir et développer les liens entre formations fédérales et diplômes d’Etat.
** Probablement. Il me semble que le système actuel marche bien. Il peut éviter une guerre de position qui serait préjudiciable à l’activité.
> Développer nos relations avec les professionnels notamment en menant des actions en commun pour les conventions d’accès aux sites de pratique et les comités de gestion.
** dans mon modèle, ce sont les CSR qui s’implique là dedans et éventuellement les structures type club.
> Susciter l’emploi dans les départements et les régions et inciter à l’emploi partagé pour les clubs.
** Tu veux dire quoi sur ce point ?
> Définir les conditions d’un suivi médical adapté à chaque pratiquant quel que soit sa discipline.
** On retrouvera un problème de même type avec les EPI. Ne tendons pas des fils pour se prendre les pieds dedans. L’avis médical, c’est à la fois une affaire individuelle et une affaire de responsabilité. Ne compliquons pas tout. Commençons déjà par informer.
Actions CDS et CSR
> Développer des inter-clubs.
** Vœux pieu. Les CDS organisaient des actions CDS et les CSR… bon je propose de supprimer le niveau CDS ; ça règle déjà un bout du problème. Pour moi les inter-club, c’est la volonté des clubs de faire quelque chose ensemble. A ce titre c’est souvent des spléos de clubs différents qui s’unissent sur un projet, sans mettre en œuvre un inter-club parce que ça oblige à une décision majoritaire au sein de chaque club. Mais les CSR pourraient avoir une action déclenchante sur certains projets.
> Organiser le 2° colloque « Spéléologie, éducation et thérapie »
** ??? pas d’avis
> Valoriser les clubs licenciant tous leurs membres pratiquant la spéléologie et/ou le canyon.
** Alors, surtout pas. Les clubs dans mon modèle sont autonomes alors, une fois de plus, ne leur imposons pas des contraintes qui n’apporte rien. Comme disait un participant : on n’attire pas les mouches avec du vinaigre
> Négocier des conventions avec les collèges, lycées et universités.
** Si il y a un intérêt : CSR
> Organiser des rencontres permettant d’échanger sur des thèmes généraux ou ciblés (réunion régionale FFS – clubs, journées des dirigeants, réunion des présidents de CDS, réunion des présidents de région, etc.).
** Boff… les ronds de jambes de l’élite… ça me les met un peu. Oui les CSR doivent pouvoir dynamiser leurs projets en prenant en charge directement des actions
> Rendre compte des expériences permettant la pérennisation d’un emploi.
** encore : à qui. N’a-t-on pas autre chose à faire ?
Actions clubs
> Proposer une offre de pratiques adaptée. Assurer la prévention des pratiquants. Développer la dimension accueil. Former des cadres aptes à encadrer toutes les activités pratiquées dans le club.
** Oui c’est une évidence ; c’est le rôle même du club
> Mettre en place des manifestations ou formations à destination des familles.
** J’ai déjà traité le sujet famille mais, en effet, ce volet familial traité au niveau club peut y avoir sa place puisque je souhaite plus s’autonomie au club. Tout dépend de sa constitution.
> Participer aux actions prévues par les conventions signées avec les collèges, lycées et universités.
** Oulalala… Ce qui est signé n’engage QUE les signataires. Si un club est signataire, évidemment ; sinon : non

3 – FAIRE CONNAITRE ET VALORISER NOS ACTIONS ET NOTRE IMAGE
> Notre image est encore beaucoup trop marquée par les secours et nos actions en faveur de la société sont mal connues. Pour remédier à ce déficit d’image, il importe que nous développions une communication axée sur nos actions de terrain et nos apports à la société.
** je crois que c’est une erreur que d’essayer de persuader le public que nous apportons quelque chose à la société, surtout si c’est vrai. Il faut prendre à contre pied la communication. Les médias nous font belle part pour nos accidents, profitons en pour communiquer là dessus : notre solidarité, notre efficacité et dérivons sur nos méthodes de prévention. Il ne faut jamais ramer à contre courant : on s’y épuise. Nos actions spéléo : tout le monde s’en f…
> C’est aussi un des moyens de faire reconnaître notre expertise.
** L’expertise c’est un peu comme la délégation : ça ne se décrète pas ça se constate. Alors valorisons l’expertise de certains en les mettant en première ligne (et en leur permettant d’être en première ligne)
> Nous devons également susciter l’envie et faire rêver.
** Que oui, et là on a un énorme déficit. Mais la société a changé; ce qui te faisait rêver ne fait plus rêver les jeunes. C’est un sujet qui mérite un forum particulier
Actions nationales
> Etudier la création d’un parc naturel de la spéléologie.
** Pour moi, relève des CSR
> Susciter la création de bureaux d’étude.
** euh… de quoi ? BE privés ?
> Développer le Conservatoire.
** ???
> Rendre notre centre national de documentation opérationnel et performant , l’ouvrir sur l’extérieur
** Tu veux l’ouvrir sur le Net ? bonne idée mais y’a du boulot
> Faire valoir la spécificité de la spéléologie dans nos relations avec les services de l’Etat.
** En évitant par exemple ce qui a été fait pour les EPI et le Code du travail : oui
> Développer une stratégie de communication avec les gestionnaires et usagers de nos sites de pratique.
** Ca veut dire quoi ?
> Médiatiser nos découvertes et nos travaux.
** Boff… je ne crois pas que ça intéresse bien grand monde. Je crois que c’est à rattacher au besoin de rêve visé ci-dessus
> Faire évoluer Spelunca avec une ligne éditoriale davantage basée sur les réalisations concrètes des adhérents, des clubs, des CDS, CSR et des commissions.
** Spelunca n’est qu’un vecteur. Je crois que Speculca doit bénéficier d’une bonne autonomie. Là aussi, ce qu’il faut viser : le plaisir de le lire. Alors les infos CDS CSR…
> Mettre en valeur et monnayer notre expertise et notre savoir-faire.
** Au niveau national : non. C’est un problème individuel ou relevant de groupements opérationnels (club par exemple)
> Etudier la possibilité de vendre Spelunca en kiosque
** me semble irréaliste mais pourquoi pas une diffusion sur le Net
> Fournir gratuitement Spelunca à tous les licenciés.
** De toute façon il faudra le payer. Je crois que séparer l’abonnement à Spelunca de la licence est préférable.
Actions CDS et CSR
** j’appelle à la disparition des CDS
> Désigner un référent communication.
** Pas bête… s’il est compétent, il sera écouté
> Créer des bureaux d’étude régionaux
** ça ne me semble pas relever des CSR
> Communiquer avec les médias grâce à des informations nombreuses et régulières.
** Oui mais je dirais : informations ciblées et pertinentes. Il y a néanmoins un problème de cohérence avec le niveau national. Il n’y a rien de pire qu’une communication bruitée et les CSR créent des effets de bords
> Collecter les articles des adhérents et des clubs sur les actions menées.
** Non, ça devrait naturellement se déposer au centre national de documentation.
> Informer le Conservatoire des cavités susceptibles d’y être intégrées.
?? un petite explication SVP ?
> Proposer des lieux d’échange et de communication aux gestionnaires et utilisateurs de nos sites de pratique.
** oui
Actions Clubs
> Faire remonter toute information concernant des actions et découvertes.
** Ce fonctionnement par « remontée » m’exaspère. Il sous-tend tout le fonctionnement actuel, jusqu’à notre représentation. Si les clubs sont autonomes, facilitons leur la possibilité de déposer et que le niveau FFS (ou CSR) gère la mise à disposition
> Rédiger des articles pour Spelunca et/ou Karstologia
** Tu sais bien que ce sont des individus qui font ça et non les clubs
> S’impliquer dans les relations avec les gestionnaires et usagers de nos sites de pratique.
** oui mais en délégation des CSR. Ce sujet est trop sensible pour ne relever que d’un club

4 – INSCRIRE NOS ACTIONS DANS LE DEVELOPPEMENT DURABLE
Etre agréé association de protection de la nature nécessite que nous ayons une vision qui dépasse le simple cadre de nos lieux de pratique. C’est tout le fonctionnement de notre fédération qui doit s’inscrire dans le développement durable et contribuer à réduire les actions néfastes pour la préservation de la planète.
Actions nationales
> Mettre en œuvre l’agenda 21 de la fédération Réaliser le diagnostic Elaborer et mettre en œuvre le programme d’action
** Boff… ce n’est pas très concret. Sur le fond ; oui mais la mise en musique est encore loin. Le niveau national doit contractualiser une politique avec l’État
> Affirmer notre place dans la découverte et la préservation du patrimoine souterrain et des canyons.
** Ce débat devrait être traité spécifiquement car les termes sont antinomiques
> Susciter des études d’impact de la spéléologie sur le milieu souterrain et du canyon sur les rivières et torrents
** Alors, là : DANGER. Ca ne dépend que de QUI paye et comme on a pas l’intention de payer on risque fort d’être les dindons
> Participer aux réunions du Comité National du Patrimoine souterrain
** Ca ne mange pas de pain
> Participer au comité de pilotage pour le futur plan de restauration des chiroptères
** C’est ça, en en profitant pour ne classer QUE les mines où je vais L
> Accompagner et former les pratiquants, les cadres et dirigeants au respect de l’environnement.
** Y’a du boulot
> Poursuivre notre partenariat avec les fédérations ayant des préoccupations communes (FFME, FFESSM, Conseil interfédéral des sports de nature, CNOSF, etc..).
** Oui, il y a beaucoup à faire là dessus mais sommes-nous prêts à négocier nos prérogatives. L’organisation de la délégation est difficile mais essentielle sur ces sujets
> Prendre en compte dans toutes nos actions les autres acteurs de nos milieux de pratique et favoriser les collaborations
** oui, en évitant de mettre hors course les cataphiles quand on dépollue leurs carrières ou les catas (on a un cadavre dans le placard sur ce sujet). Mais ce n’est qu’un exemple et il faut favoriser la collaboration : oui. Ca ne recouvre pas que le développement durable cette affirmation.
> Communiquer sur le volet environnement et protection de la nature de la spéléologie et du canyon. Favoriser l’investissement des CDS dans les CDESI en concertation avec les autres fédérations de sports de nature. Elaborer et diffuser une charte du canyoniste.
Actions CDS et CSR
> Créer leur propre agenda 21.
> Faire remonter tout problème lié à la fréquentation des cavités et canyons.
** on recommence avec la « remontée ». Préférons l’action des CSR
> Créer des sentiers karstiques et tout autre parcours pédagogique permettant de comprendre et de respecter le milieu.
** Bien cette tentative d’élargissement mais on s’écarte de la spéléo. On sent bien la nécessité d’un groupement confédéral
> Participer aux réunions avec les instances déconcentrées des fédérations ayant des préoccupations communes.
> S’investir dans les CDESI
** CDSESI ???
> Négocier des accords de partenariat avec les autres acteurs de nos milieux de pratique.
** oui CSR
> Développer les inventaires des cavités et canyons.
** On peu ramener ça au centre national de documentation
Actions Clubs
> Respecter et faire respecter les réglementations
** Oui… bon, tu sais ce que j’en pense quand la réglementation est absurde ou inadaptée. C’est aux clubs de prendre leur responsabilité mais il ne faut surtout pas que ce soit les CSR ou la fédé qui vienne nous empêcher de spéléotiser en rond
> Faire connaître les réalisations dans la découverte et la préservation du patrimoine souterrain et des canyons.
** Faire connaître… ce n’est pas trop une mission club ?
> Diffuser et commenter les chartes du spéléologue et du canyoniste Former les pratiquants à la protection des milieux de pratique et de l’environnement en général
** oui

5 – RENFORCER  NOTRE POSITION SUR LE PLAN INTERNATIONAL
** Je n’ai aucune expérience en ce domaine…donc je ne traite pas de ce sujet

J’espère que tu ne m’en voudras pas d’avoir critiquer (ou approuvé) point par point ton programme. L’objectif, comme tu l’écrivais c’est d’espérer un débat. Tu sais comme moi, qu’en département tout au moins, il est plus facile d’être élu sans programme qu’avec des idées. Les idées ça fait peur à tout le monde ; c’est comme si très peu en avaient (des idées évidemment :-)

Hors ligne

 

#5 30/12/2008 22:33:58

ytual
Membre
Date d'inscription: 30/12/2008
Messages: 78

Re: Réflexions préalables à l'élaboration d'un projet fédéral

"Nous devons également susciter l’envie et faire rêver.
** Que oui, et là on a un énorme déficit. Mais la société a changé; ce qui te faisait rêver ne fait plus rêver les jeunes. C’est un sujet qui mérite un forum particulier"

je suis tout a fait d'accord.

ne serait il pas intéressant de se pencher sur les motivations des jeunes dans les autres sports ?
identifier ce qu'ils recherchent (consciemment, inconsciemment...pour rentrer...pour rester (ça n est pas forcement identique ); reconnaissance, identification aux champions, liens sociaux ?
quelles réponses apportent les autres fédérations  à ces besoins ? (produits dérivés, publicités, rencontres avec les champions...
pouvons nous apporter les mêmes,(en avons nous les moyens ?)

  cela est il éthique (manipulation, prosélytisme ou éducation ?). conservons nous tout de même les valeurs que nous défendons ou cédons nous à la pression de la société ?

je voulais illustrer mes propos par un article du journal "info CDOS 73" n°18 de decembre 2008, que m' à envoyé D.Lasserre mais n'arrive pas à en copier l'extrait..
je l envoie en pièce jointe à qui veux...

yann    ylaut@yahoo.fr


"heureux, même au fond du gouffre..."

Hors ligne

 

#6 01/01/2009 10:42:32

Amm
Membre
Lieu: 77250
Date d'inscription: 02/12/2005
Messages: 290

Re: Réflexions préalables à l'élaboration d'un projet fédéral

nuage blanc a écrit:

ne serait il pas intéressant de se pencher sur les motivations des jeunes dans les autres sports ? (...)

Il serait dommage de ne cibler qu'un groupe majoritaire. Déjà, ça ne serait pas efficasse et ça ne serait pas conforme à la vision que nous avons de la spéléo; il faut de tout pour faire un monde. Si c'est pour transformer nos trous en Ziva-land, avec sicmu et oinje, ça ne va pas le faire...

C'est bien la difficulter de s'ouvrire aux autres sans y perdre note âme - il n'empêche que c'est une nécessité.

Hors ligne

 

#7 01/01/2009 23:51:12

ytual
Membre
Date d'inscription: 30/12/2008
Messages: 78

Re: Réflexions préalables à l'élaboration d'un projet fédéral

L'article dont je parlais est un compte rendu d une sortie de jeunes  a la rencontre avec des sportifs de hauts niveaux,dans un stade mythique, avec tee shirts aux couleurs de l'équipe de France en cadeau, autographes etc.
calculé ou non, cela permet de toucher de nombreuses personnes, çà marche...

autrefois , en judo seules étaient portées les ceinture blanches et noires, pour motiver les jeunes, ils ont créés les ceintures de couleur pour les motiver, puis pour raccourcir les temps d'obtention, des ceintures intermédiaires (blancs et jaune mélangés etc), même la FFME a créé des "passages" et leurs symboles.

ATTENTION ! je ne prétend pas que nous devons suivre tous les exemples des autres fédérations, mais des questions méritent d'être posées...

est il nécessaire d'utiliser certains exemples cités dans les eds ?

Notre activité attire t il au contraire des personnes qui fuient ce qui pourrait être vu comme des artifices et qui ne se retrouveront pas dans cette "fédération" qui perdrait un peu de son âme ?

Attirerons nous des personnes de manière superficielle, qui demanderont de l'énergie pour leur initiation mais ne resteront pas , se rendant compte que l'activité ne leur plait pas ? ou comme dit Amm, laisser se développer dans nos club des comportements que nous décrions dans la société ?

un nouvel équilibre reste sans doutes , à trouver...


"heureux, même au fond du gouffre..."

Hors ligne

 

#8 18/10/2009 19:57:05

lespagnol
Membre
Date d'inscription: 23/06/2007
Messages: 294

Re: Réflexions préalables à l'élaboration d'un projet fédéral

"Nous devons également susciter l’envie et faire rêver."

Effectivement, la spéléo c'est actuellement une activité obscure, mal comprise et surtout quasi mal aimée ...

L'aspect sportif de notre activité est méconnu, son aspect scientifique quasi méconnu, et son image à revoir ...

La première image des spéléos, c'est les accidents avec un gros barnum !!!

A mon avis, nous devrions énormément travailler notre image, voire nous présenter en tant que "sport extréme" , ce qui justifierai notre souci de la sécurité et nous éviterai d'avoir à nous coltiner des enfants ou des ados qui ne peuvent être de nouvelles recrues...

Hors ligne

 

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB 1.2.23
Traduction par FluxBB.fr