Forums FFS

 Spéléologie, canyoning, fédération XML

Vous n'êtes pas identifié. Les règles des forums ont changé. Même si vous avez déjà un compte, vous devez vous identifier à nouveau. Cliquez sur S'identifier.

Annonce

Bienvenue dans cet espace de discussion sur la spéléologie, le canyonisme et la plongée souterraine

#1 08/05/2016 20:57:35

Karstrek
Membre
Date d'inscription: 30/07/2015
Messages: 180

Résurgence de la Hèche - Gouffre des charentais - autour du 65240

LE GOUFFRE DIT DES CHARENTAIS - Jezeau, Fréchet-Aure 65240 Hautes Pyrénées département 65

Présentation et situation géographique du Gouffre :

Le gouffre des charentais  (coordonnées gps wgs décimal : N42.91790° E0.40390°)  est situé sur la commune de Jézeau dans les hautes Pyrénées. Il constitue l'une des entrées supérieures d’un vaste réseau appelé réseau d'Ardengost. Sa position se situe en bordure d’un ravin sur le versant nord du Cap Deraut qui fait face au village d’Ardengost. Le développement exploré est estimé actuellement à environ 15 km. La découverte de l’entrée du gouffre  a été relatée pour la première fois par des spéléologues charentais en 1969. Il le baptisèrent « le Souffleur », en témoignage d’un fort courant d’air perçu dans le trou. On ne connait pas avec précision le détail complet des explorations qui furent entreprises. Dans les années 2000, l’exploration est reprise par un spéléologue local qui entreprend d’agrandir le passage du souffleur donnant sur la suite du réseau.
L'accès à la cavité (située sur un domaine privé) est aujourd’hui condamné car une association (l'ARSMA) a décidé de verrouiller l’entrée pour garder le contrôle des explorations. Selon ses statuts cette association a pour vocation d'assurer la préservation du site et mener les explorations du réseau. Les instances fédérales n’ont pas été sollicitées pour la constitution associative de cette organisation. Il en découle un risque important de complications dans la chaine des secours pour faire intervenir des équipes dans ce réseau très complexe.
D'un point de vue géologique et minéralogique le gouffre des charentais abrite de nombreuses cristallisations d'aragonites, des excentriques,  des fleurs de gypse, des fistuleuses translucides et autres concrétions qui font toute l’originalité de la cavité. D’un point de vue hydro géologique, le réseau est parcouru par un actif qui sort à la résurgence de la Hèche en traversant une galerie noyée (siphon) qui n’est pénétrable qu’en plongée ou vidage par pompage en période d’étiage. Le niveau de l’eau peut monter et noyer les explorateurs dans les galeries inférieures.
L’arsma étend également son activité au-delà de l’entrée principale du gouffre et prospecte sur les alentours du réseau y compris sur le domaine public. L’un des objectif consiste à la mise au point d’un astucieux système de pompage qui a fait l’objet d’essais pour purger le siphon des eaux qui l’alimentent. Une opération d’intrusion plutôt risquée car le siphon peut se réamorcer à tout moment. La découverte de nouvelles entrées en aval du réseau permettrait de faciliter les explorations en réduisant les distances et les difficultés de parcours. L’entrée principale du gouffre  des Charentais est fermé par une porte à vérou, et une deuxième porte condamne l’accès 80 m plus bas dans le gouffre, ceci afin d’éviter que d’autres explorateurs ou visiteurs ne se rendent dans le réseau dont les équipements en cordes ont été installées par l’Arsma.
L’arsma semble ainsi se positionner comme entité gestionnaire et responsable dans tous les sens du terme, ce qui soulève la question du contrôle de la conformité des installations pour la sécurité des personnes qui y circulent.
https://lh5.googleusercontent.com/-YjmKSt9Fl9Q/VrCthPhY2mI/AAAAAAAANRY/DQ__jcV_81sB6s0GYj9XJVu5tol0ojv_gCL0B/w1324-h883-no/PB2804341.JPG
https://lh5.googleusercontent.com/-YjmK … 804341.JPG
Résumé d’une exploration dans le gouffre des charentais, une cavité à risques élevés dans le plus grand  réseau des Hautes-Pyrénées.

Découverte de nouveaux réseaux en date du 16 octobre 2015 :

Nouveau spéléo, motivé pour visiter cette cavité qui m’a été décrite comme étant un site à visiter pour admirer ses belles concrétions d’aragonite, je contacte l’ARSMA qui me propose un deal simple et non négociable : Ils m’informent ne pas faire du « promène-couillon » sans contrepartie, il faut participer à la désobstruction  pour ouvrir une nouvelle galerie en échange d’un droit à visite. Le co-équipier du boss des explos est indisponible, c’est ma chance ! Banco, j’accepte la proposition !  Je me rends au Rv fixé le 16 octobre 2015, qui fera date des belles découvertes que nous allons réaliser. Je profite de la descente des premiers puits à un rythme tranquille pour prendre des photos et visiter les galeries supérieures. Le responsable de l’exploration se montre plutôt cool et me laisse prendre mon temps pour réaliser les clichés. Il me fait visiter l'étage supérieur du gouffre (salle Vauvillier, galerie Choppy, etc), c'est magnifique.  Puis on attaque les choses sérieuses. Nous arrivons à un passage clé, un puits vertical de 50 m assez impressionnant car l’actif se déverse dedans et on ne voit pas le bout du tunnel.
Je dois vous avouer que quand on a que six mois de pratique de spéléo effectuée dans des petits réseaux plus ou moins horizontaux et dans lesquels on ne franchit que des petits puits, on flippe avant de s’engager dans  un trou béant qui semble sans fin et dont on ne connaît rien sur le réseau, surtout la première fois. C’est d’autant plus impressionnant que le matériel qui est en place, les ancrages et les cordes sont installés en fixe et sommeillent dans la cavité depuis de nombreuses années. Aucun contrôle administratif n’est effectué, et l’Arsma est une association qui n’associe pas la fédération Française de spéléologie aux explorations, ni à la connaissance du réseau, ni aux exercices de secours qui sont inexistant dans cette cavité. Ce contexte rend l’exploration encore plus flippante ! Je songe même un moment à remonter quand je constate que le matériel me semble complètement obsolète. Je réalise que si le moindre accident se produit, on est à peu près sûr d’y laisser sa peau. Je m’interroge sérieusement sur les raisons qui m’ont conduit à venir jusqu’ici. Je réalise qu’il faut être inconscient pour aller se planter dans un trou qu’aucun secouriste ne connaît et aller errer dans des espaces dans lesquels personne ne pourra vous trouver. Je me rassure en me disant que mon accompagnateur connait son trou et ne jouerait pas au poker avec la vie d’autrui. Je parviens en bas du puits en étant soulagé d’avoir passé le fractionnement non sans quelques sueurs car on ne trouve pas  les 2 anneaux de cordes pour se longer en sécurité au passage du fractionnement. Nous poursuivons en parcourant un méandre acrobatique (méandre de la vierge) sur un bon km. Ce cheminement n’est pas une partie de plaisir car certains passages sont étroits et on se mouille dans l’actif. On passe avec difficulté par un soupirail, passage obligé où la combi frotte de partout et on a la tête dans l’eau. Je réalise subitement que si le niveau de l’eau monte, l’exploration s’arrête pour l’éternité. Nous arrivons enfin à la destination du point de départ des travaux dans la galerie suintante et boueuse par - 270 m de profondeur. Je m’attendais à une galerie spacieuse à l’image de l’idée que je me faisais du réseau, mais non c’est tout le contraire, on doit ramper dans un laminoir très boueux dans lequel s’écoule un petit ruisseau. L’ambiance invite plutôt à rebrousser chemin. On attaque la désobstruction qui ne prendra que deux heures. Tant mieux on va pouvoir se faufiler dans la conduite. Celle-ci se rétrécit de plus en plus, mais le courant d’air annonciateur d’une suite est bien présent.  Dominique me propose de visiter la galerie du Miro pour me remercier, il pense revenir avec son co-équipier pour faire la première. Mais moi je tenais absolument à voir la suite des travaux que nous venions de réaliser.
Je n’étais pas venu gratter dans la boue à 300 m sous terre, passer le cap de toutes les difficultés pour ne pas découvrir la suite.
Après quelques hésitations, Dominique accepte finalement et me fait l'honneur de me laisser passer en premier pour voir où mène le laminoir. La combi accroche mais ça passe juste en nettoyant un peu le plafond du laminoir. Nous rampons sur une vingtaine de mètres et là wouah, on arrive dans un réseau de nouvelles galeries assez volumineuses et très concrétionnées. Je suis profondément ému le deal a porté ses fruits, on a réussi la première. J’en oublie toutes les contraintes. C’est le bonheur, j’oublie tout, j’observe. Les galeries sont étagées, il y a des départs de partout, certaines concrétions en calcite sont imposantes, les plafonds sont sublimes. Mon appareil photo a déjà bien pris la boue dans la traversée du laminoir. A ce stade de l'exploration la qualité des photos s'en ressent. L’objectif a été sali par l’eau et la boue.  Je réalise que nous sommes au départ d'une fantastique découverte car cette branche prend la direction d’une remontée vers la salle Vauvillier. Nous avons posé nos pieds dans nouveau réseau qui poursuit l’exploration du gouffre des Charantais ! Nous parcourons environ 400 m de galeries vierges. Je réalise que c’est mon jour de chance.
La chance du débutant me fera remarquer celui qui s’est auto-proclamé le Maître des lieux, peut-être mais j’avais accepté le deal et contenu mes craintes jusqu’ à voyager dans ce gouffre qui est probablement le plus risqué et le plus dangereux des hautes Pyrénées, parce que dans ses entrailles, vous êtes isolé du monde et sans possibilité de bénéficier des services de secours. Dans ces lieux hostiles, il est interdit d’avoir le moindre accident. Chaque exploration se fait au risque de perdre une ou plusieurs vie !

Réflexion sur les solutions à préconiser pour assurer la sécurité des visiteurs et explorateurs du gouffre des charentais :

Après avoir réalisé 3 sorties d’explorations en profondeur dans le gouffre, je peux affirmer qu’il me paraît nécessaire de mettre en place des mesures de contrôle afin de garantir la sécurité des visiteurs et des explorateurs dans le gouffre. Il serait également utile de prévoir un plan et des exercices de secours car la cavité n’est pas connue des sauveteurs.

Ce rôle pourrait être confié à la fédération française de spéléologie qui est en mesure d’expertiser les risques et de préconiser les solutions à mettre en place.

Visite, explo et découverte de nouvelles galeries au Gouffre des Charentais le 16 Oct 2015. Photos et macros des concrétions :
https://picasaweb.google.com/1151765613 … esGaleries

Dernière modification par Karstrek (09/05/2016 00:23:56)

Hors ligne

 

#2 08/05/2016 23:25:40

Karstrek
Membre
Date d'inscription: 30/07/2015
Messages: 180

Re: Résurgence de la Hèche - Gouffre des charentais - autour du 65240

Astuce de  prospection :  Grands réseaux.
Un réseau de 15 km comme celui de la résurgence de la Hèche au gouffre des charentais commence à être grand et long à traverser, surtout si l'on entend se rendre à l'autre bout de la cavité pour poursuivre l'exploration de nouvelles galeries.
TPST 10 à 20 h selon le cas ! Il est nécessaire de touver d'autres entrées à un réseau dès lors que celui-ci devient vaste et long.
Je consacre pas mal de temps à la rando et par là même à la prospection. J'ai réffléchi à des solutions visant à optimiser la recherche et la découverte de nouvelles entrées dans les cavités à grand développement.
Comment faire ? Nous disposons en général d'une topo, d'un plan et d'une carte géologique.

Administrateur, modif du 12/05/2016 a écrit:

Insertion d’une image mentionnant les sources :

https://lh5.googleusercontent.com/-KJ36Do9GFG4/VzECsSkHC5I/AAAAAAAAP3s/JaCCCS5EjMgWE_nEbTbfdh_RN4CXCWvQwCL0B/w1218-h883-no/charentais%2Bimplant1.jpg
Je vous soumets la méthode de prospection Spéléo que j'utilise. Elle n'est pas garante d'une trouvaille à tous les coups, mais de temps à autre, il est possible de trouver des entrées susceptibles de jonctionner avec le réseau exploré. En lien ci-dessus, un exemple de carte de prospection spéléo du réseau de la résurgence de la Hèche. Ici nous survolons le secteur au dessus de la résurgence de la Hèche à Fréchet-Aure. L'implantation de la cavité est reporté sur une carte avec report des courbes de niveau. Les courbes de niveau permettent d'effectuer un suivi gps à l'aplomb du réseau. Pour optimiser la recherche de nouvelles entrées (gouffres dans le cas présent) nous allons parcourir le réseau en surface au dessus des galeries. Cette méthode de recherche permet de ne pas trop s'éparpiller ni trop s'éloigner du réseau. Il faut faire les recherches GPS en main avec la carte du réseau reportée sur une carte qui mentionne les courbes altimétriques. Pour une prospection efficace il faut avancer en zig zag au dessus du réseau. Cdlt K

Dernière modification par Lorenzo (12/05/2016 15:08:14)

Hors ligne

 

#3 09/05/2016 00:21:20

andre yves
Banni
Date d'inscription: 23/10/2008
Messages: 33

Re: Résurgence de la Hèche - Gouffre des charentais - autour du 65240

Aurais tu un problème du cerveau mon petit spéléo ?!

1 an de spéléo et tu te prends pour le meilleur !

Viré du cds 65, on a essayé de te récupérer mais tu es trop dangereux pour aller plus loin avec l'équipe de l'Arsma....
Et je pense que tu es grillé également dans le 64 ........

Tu devrais te mettre à la collection de timbres et cartes postales ...
Allez, mouches ton nez et dis bonjour à la dame avant d'être viré de ce forum .....

Hors ligne

 

#4 09/05/2016 01:00:15

Karstrek
Membre
Date d'inscription: 30/07/2015
Messages: 180

Re: Résurgence de la Hèche - Gouffre des charentais - autour du 65240

Concrétions proliférant au plafond d'une une galerie active, contraste entre les teintes argileuses et la pureté blanche des nouvelles cristalisations.
https://lh3.googleusercontent.com/-vVcG … ure_65.jpg
https://lh3.googleusercontent.com/-vVcGSvsbGNA/VyD-OuEw5vI/AAAAAAAAPqw/Fzp_c_nJV7U7IztOjJYhMdcfKGIwlsICQCL0B/w1223-h883-no/concr%25C3%25A9tions_plongeurs_frechet_aure_65.jpg

Dernière modification par Karstrek (09/05/2016 01:01:03)

Hors ligne

 

#5 09/05/2016 02:39:46

Dom Cassou
Membre
Date d'inscription: 19/04/2016
Messages: 69

Re: Résurgence de la Hèche - Gouffre des charentais - autour du 65240

Bonjour

Les cons, ça ose tout, c'est bien à ça qu'on les reconnait !

Faut oser ouvrir un chapitre sur une exploration dont il a été seulement l'invité (3 sorties sur 170), sans rien demander aux principaux explorateurs, sans demander l'autorisation d'utiliser leur topo.
Mais seule, une personne sans aucunes éthique peut oser celà.


Pour des informations plus complêtes et surtout plus honnêtes, sur cet extraordinaire "Réseau d'Ardengost" je vous encourage à visiter le site de l' ARSMA, voici le lien:

http://reseau-ardengost.blog4ever.com/


Maintenant nous allons laisser ce monsieur faire ses articles aussi farfelus qu'inutiles. Il n'a plus que ça pour exister,
Un an de spéléo et déjà plus personne ne veut aller sous-terre avec lui.
Aller savoir pourquoi? Son incompétence ou son comportement ? peut-être les deux .


A+Dom

Dernière modification par Dom Cassou (09/05/2016 07:41:47)

Hors ligne

 

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB 1.2.23
Traduction par FluxBB.fr