Forums FFS

 Spéléologie, canyoning, fédération XML

Vous n'êtes pas identifié. Les règles des forums ont changé. Même si vous avez déjà un compte, vous devez vous identifier à nouveau. Cliquez sur S'identifier.

Annonce

Bienvenue dans cet espace de discussion sur la spéléologie, le canyonisme et la plongée souterraine

#1 24/09/2007 13:29:40

BTH
Membre forums FFS et FSE
Lieu: Paris, Normandie et ailleurs
Date d'inscription: 27/01/2005
Messages: 629
Site web

Humeur et poésie sur les EPI

Bonjour,

Vetus Reptator a autorisé la publication sur ce forum de la prose ci-dessous :

Michel WIENIN a écrit:

A moi les mânes des grands anciens !

A moi Martel, Casteret, de Joly, Trombe, Loubens, Frachon… 

Au nom des forces telluriques qui font tourner les pisolithes dans leur nid et se dresser les stalagmites au bord des puits, répondez à notre clameur !…

Regardez ici-haut, à la face supérieure du monde souterrain, vos fils et vos filles se lamenter sur leurs cordes, leurs mousquetons, leurs descendeurs et leurs baudriers et ayez pitié d’eux !...

Ainsi invoquais-je Pluton pendant la grand-messe du dernier rassemblement spéléologique de cet été … 
Et Hadès, le grand Hadès, celui dont les divines fesses prennent appui sur le trône du monde des profondeurs entendit ma plainte, il tendit l’oreille à mes gémissements et répondit à ma juste requête.

Alors je les vis surgir des profondeurs du causse, émerger des gorges, s’extirper des canaules de lapiaz, se condenser dans le zeph' qui sortait des avens. Tous, tous nos amis, nos pères et nos frères du 20e siècle qui sortaient de l’ombre à la place de ceux tombés sous le coup des contrôles, pour m’appeler à la Résistance.

Je m’inclinai respectueusement comme sous l’effet de 4 kits de quincaillerie et m’adressai sans crainte aux bienveillants habitants des Enfers :
« Ô vous qui fûtes élevés au milieu du monde souterrain, vous qui fûtes brillants parmi les hommes de l’ombre, vous que le courage rendit les égaux des Titans, presque ceux de Toth et d’Atris , vous qui êtes aujourd’hui des demi-dieux que le puissant Zeus a chargés de veiller sur la croissance des fistuleuses et de réveiller les rhinolophes quand la douce Perséphone libère le souffle du printemps, nous sommes affrontés à une menace inattendue, un danger terrible et sournois qui nous vient de ceux-là mêmes à qui la sage Athéna confia naguère la charge de nous protéger. Que devons-nous faire ? »

« Fais comme nous » me répondirent ensemble Edouard-Alfred, Norbert, Robert, Marcel, Jean-Claude et les autres d’une voix aussi douce à mes oreilles que le rugissement d’une cascade sortant d’une étroiture ventilée.

« Fais comme nous », me répétèrent-ils en brandissant leurs armes obsolètes ou plutôt leur matériel d’exploration, leurs cordes de chanvre ou d’aloès, leurs échelles en « électron » ou même à barreaux de bois, le béret rembourré de papier journal, la bougie à réflecteur et la calbombe préhistorique,  et le sac à dos déclassé par les militaires venu trouver sous terre une deuxième vie.
Je les vis descendre en rappel en drapeau ou avec la corde en S, remonter au prussik ou à l’échelle, assurés en direct à l’épaule par le copain resté en relais, une simple boucle autour de la poitrine avec un nœud de chaise au niveau du plexus solaire, sans assurance parfois…

« Fais comme nous et aucune norme ne saura t’atteindre » me dirent-ils encore avant de disparaître comme la fumée d’une paille Mac Do pour rejoindre les bords du Styx aux méandres profonds.

J’avais compris : pas d’E.P.I., pas de contrôle.
Les fonctionnaires du ministère peuvent bien m’interdire d’utiliser un baudrier qui a servi plus de trois fois mais aucun texte ne m’oblige à en mettre un. La prochaine fois que je pars sous terre : à tous les diables le matériel moderne, ni mousqueton ni baudrier, ni croll, ni longe, ni casque, ni….. 
Et si j’emmène des gamins, ils se contenteront de la frontale libre sur le béret basque, apprendront à grimper aux échelles avec 25 kilos sur le dos comme nous le faisions et je les assurerai éventuellement avec une cravate de chanvre  comme les adultes le faisaient pour nous il y a bientôt 50 ans.

Merci les anciens pour la leçon.

Ce morceau d'anthologie a déjà été publié et applaudi sur la liste de diffusion privée [speleos-fr] alias "Café du Commerce" ou "Village gaulois" ou "Hutte Pangeoise"...

[NDR]Toute interprétation au premier degré de ce message de nos anciens, transmis par notre Pythie gardoise, ne saurait engager la responsabilité de la FFS et ne correspond plus aux standards de sécurité actuelswink .


Have fun surfing, caving, canyoning or trekking
Bon surf, bonne spéléo, bon canyon, bonne rando...

Hors ligne

 

#2 19/09/2012 12:16:52

bisounours83
Membre
Date d'inscription: 05/05/2007
Messages: 2262

Re: Humeur et poésie sur les EPI

BTH a écrit:

Bonjour,

Vetus Reptator a autorisé la publication sur ce forum de la prose ci-dessous :

Michel WIENIN a écrit:

A moi les mânes des grands anciens !

A moi Martel, Casteret, de Joly, Trombe, Loubens, Frachon… 

Au nom des forces telluriques qui font tourner les pisolithes dans leur nid et se dresser les stalagmites au bord des puits, répondez à notre clameur !…

Regardez ici-haut, à la face supérieure du monde souterrain, vos fils et vos filles se lamenter sur leurs cordes, leurs mousquetons, leurs descendeurs et leurs baudriers et ayez pitié d’eux !...

Ainsi invoquais-je Pluton pendant la grand-messe du dernier rassemblement spéléologique de cet été … 
Et Hadès, le grand Hadès, celui dont les divines fesses prennent appui sur le trône du monde des profondeurs entendit ma plainte, il tendit l’oreille à mes gémissements et répondit à ma juste requête.

Alors je les vis surgir des profondeurs du causse, émerger des gorges, s’extirper des canaules de lapiaz, se condenser dans le zeph' qui sortait des avens. Tous, tous nos amis, nos pères et nos frères du 20e siècle qui sortaient de l’ombre à la place de ceux tombés sous le coup des contrôles, pour m’appeler à la Résistance.

Je m’inclinai respectueusement comme sous l’effet de 4 kits de quincaillerie et m’adressai sans crainte aux bienveillants habitants des Enfers :
« Ô vous qui fûtes élevés au milieu du monde souterrain, vous qui fûtes brillants parmi les hommes de l’ombre, vous que le courage rendit les égaux des Titans, presque ceux de Toth et d’Atris , vous qui êtes aujourd’hui des demi-dieux que le puissant Zeus a chargés de veiller sur la croissance des fistuleuses et de réveiller les rhinolophes quand la douce Perséphone libère le souffle du printemps, nous sommes affrontés à une menace inattendue, un danger terrible et sournois qui nous vient de ceux-là mêmes à qui la sage Athéna confia naguère la charge de nous protéger. Que devons-nous faire ? »

« Fais comme nous » me répondirent ensemble Edouard-Alfred, Norbert, Robert, Marcel, Jean-Claude et les autres d’une voix aussi douce à mes oreilles que le rugissement d’une cascade sortant d’une étroiture ventilée.

« Fais comme nous », me répétèrent-ils en brandissant leurs armes obsolètes ou plutôt leur matériel d’exploration, leurs cordes de chanvre ou d’aloès, leurs échelles en « électron » ou même à barreaux de bois, le béret rembourré de papier journal, la bougie à réflecteur et la calbombe préhistorique,  et le sac à dos déclassé par les militaires venu trouver sous terre une deuxième vie.
Je les vis descendre en rappel en drapeau ou avec la corde en S, remonter au prussik ou à l’échelle, assurés en direct à l’épaule par le copain resté en relais, une simple boucle autour de la poitrine avec un nœud de chaise au niveau du plexus solaire, sans assurance parfois…

« Fais comme nous et aucune norme ne saura t’atteindre » me dirent-ils encore avant de disparaître comme la fumée d’une paille Mac Do pour rejoindre les bords du Styx aux méandres profonds.

J’avais compris : pas d’E.P.I., pas de contrôle.
Les fonctionnaires du ministère peuvent bien m’interdire d’utiliser un baudrier qui a servi plus de trois fois mais aucun texte ne m’oblige à en mettre un. La prochaine fois que je pars sous terre : à tous les diables le matériel moderne, ni mousqueton ni baudrier, ni croll, ni longe, ni casque, ni….. 
Et si j’emmène des gamins, ils se contenteront de la frontale libre sur le béret basque, apprendront à grimper aux échelles avec 25 kilos sur le dos comme nous le faisions et je les assurerai éventuellement avec une cravate de chanvre  comme les adultes le faisaient pour nous il y a bientôt 50 ans.

Merci les anciens pour la leçon.

Ce morceau d'anthologie a déjà été publié et applaudi sur la liste de diffusion privée [speleos-fr] alias "Café du Commerce" ou "Village gaulois" ou "Hutte Pangeoise"...

[NDR]Toute interprétation au premier degré de ce message de nos anciens, transmis par notre Pythie gardoise, ne saurait engager la responsabilité de la FFS et ne correspond plus aux standards de sécurité actuelswink .

Quel Poéte, ce Michel !  as tu d'autres chef d'oeuvre, dans ce genre ??

Titou des G

En ligne

 

#3 19/09/2012 12:47:53

BTH
Membre forums FFS et FSE
Lieu: Paris, Normandie et ailleurs
Date d'inscription: 27/01/2005
Messages: 629
Site web

Re: Humeur et poésie sur les EPI

Bonjour Titou des G(arrigues ?)

Vetus Reptator "sévit" toujours sur les diverses listes et forums de discussion spéléologiques, fédérales ou non.

Il ne tient qu'à toi de t'y inscrire pour profiter de sa prose toujours verte et pertinente.

Bonnes lectures

BTH
vacciné du microcosme

Dernière modification par BTH (19/09/2012 12:56:58)


Have fun surfing, caving, canyoning or trekking
Bon surf, bonne spéléo, bon canyon, bonne rando...

Hors ligne

 

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB 1.2.23
Traduction par FluxBB.fr